16 Juin 2020

Portrait – Clémentine Opagiste

Faites la connaissance de Clémentine, notre chargée de mécénat

 

À peine 27 ans et déjà un beau CV. Clémentine a été recrutée en mars 2020 comme chargée de mécénat pour l’association, pour 8 mois, grâce à une subvention de la Région Auvergne Rhône-Alpes. Originaire de Nantua dans l’Ain, Clémentine ne conçoit l’idée de profession que s’il y a un engagement. Elle est à bonne école : ses parents sont de l’Education nationale et très impliqués dans leur métier.

 

?
Comment et pourquoi as-tu décidé de travailler dans le monde associatif ?

C’est un long processus… Quand j’étais petite je voulais être journaliste. Alors j’ai passé une licence de sciences humaines mention sciences politiques à l’Université Lumière Lyon 2. Mais au bout de deux ans j’avais du mal à trouver du sens à ces études. Alors j’ai pris une année sabbatique pour réfléchir, voir autre chose tout en faisant des petits boulots. Et c’est une rencontre improbable, en Blablacar, qui m’a mise sur la voie : on m’a parlé de l’association AVEMA (association d’aide aux victimes). J’ai aussitôt envoyé une lettre de motivation. Coup de chance, un poste d’accueillante était libre pour 3 mois. Ça a été le premier job dans lequel je voulais m’investir… une vraie révélation. J’ai eu confirmation de mon souhait de travailler dans le monde associatif.
Tu as donc repris tes études…

Absolument, mais là j’étais très motivée… j’ai passé un Master de sciences politiques option associations. Mon mémoire de M1 porte sur le rôle des associations dans la mise en oeuvre des politiques publiques, à travers mon expérience au sein de l’AVEMA (https://www.avema01.fr/ ) qui vient en aide aux victimes d’infractions pénales auprès du Tribunal de Bourg-en-Bresse. Celui de M2 sur les actions de fundraising chez Handicap International ou j’ai travaillé comme chargée de mécénat.

Être en charge du mécénat pour une association, c’est un vrai métier qui relève à la fois de la communication, de la stratégie et du droit. Pour construire mon argumentaire je dois être percutante, rigoureuse et connaître les subtilités juridiques et fiscales, la législation. Parce que c’est une politique « donnant-donnant ». Il faut créer une véritable relation avec nos donateurs et mécènes.

Tu es la première à occuper ce poste dans l’association.
Comment ça se passe avec ANTS ?

(Sourire). Très très bien. C’est une belle équipe. Il est capital que le (ou la) chargé-e de mécénat soit proche de l’équipe de direction : L’objectif de ANTS en me recrutant était de structurer un modèle économique pour que l’association soit pérenne. Je suis force de proposition. C’est vraiment chouette de travailler avec une association qui se pose les bonnes questions et qui est prête à se développer.

Après quelques mois d’activité, il y a déjà des résultats !!

Oui, et j’en suis ravie ! J’ai pu concrétiser un partenariat avec le cabinet MGBR avocats : trois avocates qui ont contacté l’association pour nous mettre à disposition leurs compétences (mécénat de compétences). Leur soutien est très important pour nous puisqu’il va nous permettre d’évoluer. Travailler avec ces professionnelles du droit et du financement, c’est très constructif.
L’association Passerelles et compétences a également joué un rôle dans le recrutement de Clémentine. Spécialiste du bénévolat, Passerelles et compétences met en relation des personnes qui disposent de compétences spécifiques (gestion, droit, levée de fonds etc.) avec des associations qui en ont besoin. Clémentine a tout d’abord démarré comme bénévole pour ANTS, en novembre 2019 par le biais de Passerelles et compétences. En recherche d’emploi à cette époque, elle a accompagné et conseillé l’association dans la définition de sa stratégie de levée de fonds.