31 Mai 2021

Portrait – Claire Molinero-Gauthier

Vous connaissez sûrement le métier d’infirmière, mais connaissez-vous celui de l’infirmière conseil ?

Claire, 36 ans, est infirmière conseil pour la société FSK depuis plus de 5 ans. Elle qui a pour habitude de poser les questions à ses patients, elle a changé de rôle le temps d’un échange avec nous.

?

Avec un projet initial artistique, tu as finalement choisi de travailler dans le monde de la santé ?

Passionnée par les arts depuis mon jeune âge, je dessinais souvent. Diplômée d’une école d’arts graphiques, j’ai rapidement compris que ce métier ne me correspondait pas. Mon job d’été dans une maison de retraite a été révélateur. J’ai su que le contact humain, le “prendre soin” et la relation soignant-soigné étaient essentiels pour moi.

 

J’ai donc passé le concours pour rentrer à l’école d’infirmière. Lors de ma 2ème année, j’ai réalisé mon stage à l’hôpital Henry Gabrielle. L’approche humaniste et holistique avec l’équipe pluridisciplinaire m’a passionnée, et m’a permise d’allier à la fois la relation d’aide et la technicité.

 

En 2016 j’ai intégré l’entreprise FSK et j’ai découvert l’accompagnement des patients au domicile. L’accueil et la générosité qu’ils m’apportent au quotidien sont moteurs dans ma prise en charge.

 

Comment décrire rapidement « FSK » pour les personnes qui ne connaissent pas ?

Depuis près de 30 ans FSK est prestataire de santé à domicile spécialisé en urologie et en stomathérapie. La société délivre l’ensemble des dispositifs médicaux prescrits par les professionnels de santé et accompagne les patients dès leur retour à domicile.
La plupart des personnes blessées médullaires ou ayant une sclérose en plaques ont des atteintes au niveau de leur vessie, donc besoin de faire des auto-sondages. FSK est un prestataire qui accompagne au quotidien les patients et assure une livraison des sondes sur le lieu de vie (domicile, lieu de travail, vacances…).

La différence entre infirmière et infirmière conseil ?

Une infirmière conseil est salariée d’un prestataire de santé. Elle a pour mission d’accompagner le patient, les aidants ainsi que les libéraux à utiliser le dispositif médical prescrit. Objectif : rendre nos patients autonomes et acteurs de leur prise en charge.
J’accompagne les personnes, les conseille en urologie, et les informe sur les produits qu’ils vont être amenés à utiliser. Je peux leur proposer des solutions s’ils souffrent d’une infection urinaire, ou sur l’utilisation du matériel.

 

Nous faisons également le relais avec l’hôpital ou le médecin du patient pour prévenir et informer sur l’état de santé de la personne.

 

Ces deux métiers ne vont pas l’un sans l’autre. Le cadre hospitalier est important pour une première approche, pour instaurer et mettre en place un traitement. Mais il y a une telle quantité d’informations que la personne a besoin d’un accompagnement lorsqu’elle rentre chez elle. J’interviens à ce moment-là et je les guide pour mettre en place le traitement en respectant leurs besoins et leur rythme.

Tu as découvert l’association en rencontrant quelques-uns des membres fondateurs…

J’ai d’abord rencontré Vance Bergeron lors de son séjour à Henry Gabrielle. Puis André Neyron et Julien Jouffroy via la livraison de matériel.

Ce que ANTS propose est extra, les personnes portant un handicap neuromoteur peuvent poursuivre leur prise en charge et pérenniser, voire intensifier, le travail réalisé en rééducation. La création de lien social est essentielle.

J’ai rapidement proposé à mes collaborateurs FSK de soutenir le projet ANTS : en informant tous nos clients lyonnais de l’ouverture de la salle, en offrant les électrodes de stimulation… Nous avons des missions communes : redonner aux patients une indépendance maximale et faire de la prévention.

Peux-tu nous parler d’une cause qui te tient à cœur ?

Je suis la secrétaire d’une association qui s’appelle Magic Bastos. Elle a été créée par un ami, Bastien, qui a eu un accident en 2004 et s’est retrouvé paraplégique. Cette association propose du matériel sportif spécifique au handicap, en location, à tous ses adhérents et organise des événements handisports.

« Dès que tu es face à une personne en situation de handicap, physique ou psychique, chronique ou dégénératif, tu es obligé(e) de t’adapter, de te réinventer. La relation soignant-soigné est essentielle, il faut travailler main dans la main avec la personne ! »